Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 11:59

L’attentat contre Charlie Hebdo, en janvier, puis, le lendemain, contre un magasin Casher, aurait pu nous donner à penser que nous avions eu notre dose d’attentats, si l’on peut dire ainsi, pour au moins quelque temps. Et voici qu’un nouvel attentat se produit, plus terrible que les précédents si l’on ne regarde pas le nombre de victimes mais la forme horrible de l’assassinat d’un seul homme. Et l’on nous dit officiellement qu’il y aurait en France plus de trois mille djihadistes en puissance, prêts à commettre d’autres attentats, peut-être encore plus meurtriers.

C’est là que nous devons nous interroger : ces attentats sont-ils commandités, ou l’œuvre non préméditée de djihadistes isolés ? En ce qui concerne les deux premiers cités, nous savons qu’ils sont le résultat d’un plan bien préparé. Voyons le problème de plus haut, en dépassant le cadre de la France. L’Etat Islamique développe maintenant des attentats non seulement en Tunisie et en Libye mais également au centre même de l’Afrique. Nous avons bien affaire à un plan organisé. Le tout est de savoir par qui.

La stratégie du chaos est à l’œuvre

Il y a quelque chose de bizarre : si les Etats-Unis, qui se disent déterminés à éliminer l’Etat Islamique, voulaient y mettre les forces nécessaires, comme ils l’ont fait dans le passé en Irak, il y a longtemps que celui-ci serait écrasé. Or il prospère et, en plus, il utilise des armes américaines dans son combat. Tout se passe comme si une volonté extérieure voulait entretenir la guerre. Nous sommes, de fait, en présence d’une volonté politique qui pratique la stratégie du chaos.

Nous savons que, derrière ces événements, c’est l’axe USA-Israël qui tire les ficelles. Son objectif est la mise en place d’un gouvernement mondial et, à cette fin, la destruction de tous les Etats existants. De plus, puisque, comme chacun sait, l’argent est le nerf de la guerre, il lui faut se procurer toujours plus d’argent. Or rien de tel qu’une guerre pour mettre les gouvernements en émoi et obtenir d’eux tout ce qu’on veut…

Et l’économie, dans tout cela ?

Apparemment, les questions économiques et celles liées aux nombreuses guerres dans le monde sont distinctes. Voyons donc où en est l’Union Européenne sur le plan économique. Il est de plus en plus probable que la Grèce sorte de l’euro. Et les spécialistes disent que, dans ce cas, le Portugal et l’Italie seront tentés d’en faire autant. Ce sera le début de la dislocation de l’Union Européenne. Est-ce un bien ou un mal ? Pour répondre à cette question, il faut revenir, une fois de plus, à la question de la mondialisation.

Un reportage récent sur une chaîne de télévision montrait que l’Angleterre avait choisi, à la veille de la deuxième guerre mondiale, de spécialiser son agriculture dans l’élevage au détriment de la production de céréales, qu’elle importait. Or il faut sept fois plus de terres pour produire de la viande qu’il n’en faut pour produire des céréales. L’Angleterre découvrait d’un seul coup qu’elle était incapable de nourrir sa population. Voilà à quoi conduit la mondialisation.

La France a fait les mêmes mauvais choix : sous prétexte de calcul économique, nous avons sacrifié notre industrie pour ne garder que les services. Or c’est principalement l’industrie qui crée des emplois. Pas étonnant que nous ayons tant de chômage. Mais le cartel des grandes banques internationales nous entretient dans cette erreur funeste en nous poussant à augmenter chaque année notre dette publique. Vous connaissez l’histoire du joueur de poker que des esprits malins encouragent à continuer à jouer, en lui prêtant l’argent dont il a besoin. On sait comment cela se termine : par un suicide ou un meurtre.

Il en est de même au niveau des Etats. La France pratique une politique suicidaire, encouragée par les puissances financières. Supposons maintenant qu’un chef d’Etat courageux décide de réagir. Il faudrait pour cela faire comme la Grèce – refuser de rembourser la dette, ou tout au moins établir un moratoire – et relancer notre développement économique en créant notre propre monnaie, sans faire appel aux banques. Lincoln, en son temps, l’a fait, et c’est ce qui lui a permis de financer la guerre de sécession. Curieusement, dès que la guerre fut terminée, il fut assassiné…

Les risques de guerre civile

Si donc un chef d’Etat courageux décide de redresser la situation économique de la France, il subira – ou fera subir à la France – de sérieuses représailles. Deux scénarios viennent à l’esprit. Ils peuvent d’ailleurs être concomitants. Le premier est le pendant de ce qui s’est passé en Ukraine et, précédemment, en Syrie : envoi de mercenaires qui amorcent une situation insurrectionnelle, présentée ultérieurement par les médias comme une guerre civile entre partisans et opposants à la démocratie. La France se réveillerait ainsi un beau matin en pleine guerre civile. Le deuxième scénario nous ramène à ce que nous disions au début de ce texte : un réveil des 3000 djihadistes dormants, qui organisent des attentats sur des points sensibles aux quatre coins de la France.

Le simple fait que soient présents en France près de dix millions de musulmans est déjà une menace pour la paix. Il suffit en effet que des agitateurs déclenchent une soi-disant attaque contre des droits jugés légitimes par cette communauté pour que celle-ci s’enflamme. Et, dans ce cas, bon nombre de Français, sous l’influence des partis de gauche, prendront position en leur faveur. Les germes de la guerre civile sont peut-être là.

En conclusion, que pouvons-nous faire ? Tout d’abord exiger du gouvernement qu’il augmente le budget de la Défense Nationale et le porte à 3% du PIB, au lieu de 1,5% aujourd’hui. D’autre part, qu’il rétablisse le service militaire obligatoire, afin que tous les Français connaissent le maniement des armes. Enfin, qu’une réelle politique de développement de la Francophonie soit mise en œuvre pour proposer une alternative aux jeunes en voie de désespérance et dont certains croient voir dans la djihad un idéal de vie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Abd El Salam 20/07/2015 23:49

Bonjour. En espérant être utile, je vous donne l'adresse de mon modeste blog textuel sur l'islam : http://vers-le-firdaws.blogspot.com/

Présentation

  • : Le blog du GRIPP
  • : Le GRIPP est un mouvement royaliste. Cela signifie que son objectif est de favoriser la restauration de la royauté. Le GRIPP s'implique dans une démarche d'unification de tous les royalistes, sous réserve du respect de quatre conditions : 1) mener un combat contre le mondialisme ; 2) afficher notre vocation chrétienne ; 3) participer aux luttes que mène le peuple avec les organisations qu'il se donne ; 4) considérer que le changement de pouvoir ne pourra se faire par les élections.
  • Contact

Recherche

Liens