Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 19:40

La direction de PSA a pris la décision de licencier 8000 personnes, et en particulier de fermer l’usine d’Aulnay. Les salariés, avec leurs organisations syndicales, sont révoltés : pourquoi ces licenciements alors que le groupe se porte bien ?

En première analyse, on peut penser, dans une logique libérale, à une cause purement économique : les uns disent que PSA est en difficulté parce que les charges sociales sont excessives, d’autres comparent à Renault, qui a su délocaliser massivement - seulement 20% de son chiffre d’affaires est produit en France - alors que PSA s’est efforcé de conserver un maximum d’emplois en France : de l’ordre de 40% de son chiffre d’affaires. Ces raisonnements sont exacts. Ils démontrent simplement qu’on « ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre » :

 

on ne peut pas avoir à la fois une politique de protection sociale et la mondialisation

 

En ce sens, la gauche et la droite, qui soutiennent tous les deux la mondialisation, trahissent les intérêts du peuple.

 

Mais il y a une autre cause, celle dont les médias ne parlent pas : elle est politique et non économique. PSA vend chaque année 700 000 véhicules à l’exportation dont, en 2011, 458 000 ventes en Iran (contre 440 000 en France ). Or, en février dernier, la direction de PSA a pris la décision de « suspendre » ses livraisons en Iran à partir de mars puis, en avril, elle décida de se désengager définitivement du marché persan. Voilà ce qui a précipité sa décision d’effectuer 8000 licenciements. Certes, ce projet était dans les tiroirs de la direction depuis longtemps, mais la pression étrangère, comme nous allons le voir, l’a obligée à passer à l’action.

Pourquoi une telle décision alors que PSA est une entreprise familiale, dont en toute logique indépendante ? C’est là que l’économie et la politique s’enchevêtrent. Le 29 février dernier, General Motors entre dans le capital de PSA à hauteur de 7%. La suite, on la devine : le gouvernement américain, qui est entré en 2008 dans le capital de General Motors à hauteur de 32% pour éviter que ce groupe tombe en faillite, a fait pression sur sa direction pour que celle-ci, à son tour, fasse pression sur celle de PSA, les raisons étant bien sûr d’ordre géopolitique : le couple Israël-USA veut écraser l’Iran. C’est pour cela, d’ailleurs, qu’il mène la guerre en Syrie, par mercenaires interposés, pour pouvoir mieux attaquer l’Iran ensuite.

 La triste morale de cette histoire est simple : les républiques occidentales, qui sont issues de révolutions manipulées par la franc-maçonnerie pour gouverner le monde, et pas du tout pour favoriser l’émancipation des peuples, mènent une politique impérialiste à l’encontre de tout pays qui cherche à garder son indépendance. Elles nous entraînent inexorablement vers une 3ème guerre mondiale.

Pour y échapper, il n’y a qu’une seule voie : construire une Europe qui revienne à ses sources chrétiennes, car vouloir construire une société sans Dieu c’est - l’expérience le prouve – construire une société basée sur le dieu-argent et l’expansion impérialiste.

NON A LA REPUBLIQUE

OUI A UNE EUROPE DES NATIONS CHRETIENNES

OUI AU RETOUR DU ROI SANS LEQUEL RIEN N’EST POSSIBLE

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog du GRIPP
  • : Le GRIPP est un mouvement royaliste. Cela signifie que son objectif est de favoriser la restauration de la royauté. Le GRIPP s'implique dans une démarche d'unification de tous les royalistes, sous réserve du respect de quatre conditions : 1) mener un combat contre le mondialisme ; 2) afficher notre vocation chrétienne ; 3) participer aux luttes que mène le peuple avec les organisations qu'il se donne ; 4) considérer que le changement de pouvoir ne pourra se faire par les élections.
  • Contact

Recherche

Liens