Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 22:28

Voici la lettre ouverte qu’écrit le Dr JEAN THEVENOT, de Toulouse, président de l’ordre des Médecins de la HAUTE GARONNE :

 « Moment de grand bonheur en salle de naissance : Accouchement de rêve.... Refus de péridurale.

Patiente voilée, le mari ne souhaite pas qu’un homme s’en occupe (bien que largement prévenu à l’avance….Document en cours de grossesse, explications orales….) 

De garde, j’y vais quand même et m’impose.

Accouchement dans les hurlements et les contorsions, dans la panique maternelle et le père barbu qui donne les ordres à tout le monde…

L’enfant se prénomme joyeusement Oussama ; juste à sa sortie, le père s’est prosterné et à fait sur le sol de la salle de naissance la prière, en direction de la Mecque (direction qu’il avait préalablement repérée). Puis des chants religieux aux oreilles de l’enfant, à droite, à gauche… Et la mère , il ne la regarde plus, elle a bien servi, et je suppose que le voile va vite être remis sur son visage tentateur…

Ras le bol de cela. La tolérance a des limites, qui se franchissent chaque jour plus loin. Dans la ville de Mohamed Merah, je m’interroge sur le devenir de la société dans laquelle je vis et je suis inquiet.

Mes propos ne sont ni racistes, ni discriminatoires ; ils sont ceux d’un praticien inquiet de voir la religion entrer en salle de naissance et dans mon cabinet médical, ceux d’un citoyen inquiet des incivilités qui se multiplient et meurtris des drapeaux algériens qui étaient seuls brandis sur la place du Capitole le jour de la victoire de François Hollande, ceux d’un homme qui a toujours récusé le racisme ordinaire mais qui est troublé par des dérives de plus en plus quotidiennes…Même si mes propos ne sont sans doute pas politiquement corrects, je voulais vous faire partager ce moment, traumatisant pour toute notre équipe médicale, et mes craintes pour l’avenir de mes enfants dans un pays qui ne sait pas fixer de vraies limites. »

Ceci est un exemple parmi d’autres de l’islamisation progressive de la France. Dans un autre domaine, on ne compte plus les cantines scolaires qui imposent à tous les élèves de manger hallal. Et le piscines où se sont instaurés petit à petit des horaires différents pour les hommes et les femmes, à la demande expresse de musulmans.

La laïcité ne fonctionne pas

Le principe de laïcité, souvent évoqué, est un leurre, ce pour plusieurs raisons. La raison principale est que la république s’est construite dès 1789 sur la base de la haine du christianisme et que celle-ci est toujours présente chez nombre d’hommes politiques. La deuxième raison est que les fonctionnaires qui voudraient mettre ce principe en oeuvre se heurtent à l’irresponsabilité ambiante, ce qui fait que personne n’ose prendre de décision.

Il faut donc que la France retrouve ses racines chrétiennes. La meilleure manière de le faire est de restaurer la royauté.

Cela ne veut pas dire que la religion chrétienne soit imposée à tous. Mais que celle-ci serve de référentiel par exemple pour tous les questions sociétales telles que le respect de la vie de la conception à la mort, la famille basée sur le mariage d’un homme et d’une femme et la primauté de la famille pour l’éducation des enfants. C’est aussi la mise en conformité de la politique de la France avec l’encyclique Caritas in veritate du pape Benoît XVI qui refuse l’adhésion au traité de Lisbonne et dénonce l’appartenance à l’OMC.

 

Nous dénonçons le laïcisme qui, loin d’être neutre,

favorise la reconquête de la France par l’islam

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog du GRIPP
  • : Le GRIPP est un mouvement royaliste. Cela signifie que son objectif est de favoriser la restauration de la royauté. Le GRIPP s'implique dans une démarche d'unification de tous les royalistes, sous réserve du respect de quatre conditions : 1) mener un combat contre le mondialisme ; 2) afficher notre vocation chrétienne ; 3) participer aux luttes que mène le peuple avec les organisations qu'il se donne ; 4) considérer que le changement de pouvoir ne pourra se faire par les élections.
  • Contact

Recherche

Liens