Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 17:33

C’est en lisant les commentaires parus sur le Boulevard Voltaire que m’est venue l’idée de rassembler toutes les réponses aux critiques que font les athées au christianisme ainsi qu’à la royauté. Ces critiques sont souvent portées d’une manière militante et virulente. A nous chrétiens de savoir y répondre. Je me suis ainsi aperçu que l’on peut regrouper nos réponses en trois catégories.

1. L’opposition radicale entre république et royauté

Nous savons que cette opposition radicale date de 1789. En effet, les révolutionnaires ont fondé le nouveau régime politique sur la souveraineté du peuple, alors que les fondements de la royauté sont la souveraineté de Dieu. En pratique, cela veut dire que certaines lois sociétales, telles que la liberté de l’avortement ou le mariage de deux homosexuels, ne peuvent exister dans le cadre de la royauté, car le roi est le lieutenant de Dieu sur terre et qu’il doit, à ce titre, gouverner en cohérence avec l’Evangile.

Rappelons au passage que quand on parle de monarchie, il faut distinguer la monarchie constitutionnelle et la monarchie institutionnelle. Dans la première - ce qui est le cas de toutes les républiques européennes ayant un roi ou une reine - le pouvoir du roi ou de la reine est défini par la constitution donc, selon les principes de 1789, par la "volonté populaire", puisque le peuple est déclaré souverain. C'est donc en réalité une république et non une monarchie. Dans le deuxième cas, le seul qui mérite le nom de monarchie, le roi (ou la reine) tient son pouvoir de Dieu et la constitution lui est soumise.

Il y a une autre manière de définir l’opposition radicale entre république et royauté. Nous ferons pour cela un petit détour par le management. Il n’y a pas si longtemps – en l’an 2000 – des experts ont identifié les principes d’un bon management des entreprises et les ont formalisé dans une norme internationale, ISO 9001. Avant d’en présenter un de ces principes, faisons la remarque suivante. Cette norme représente ce qu’on appelle un référentiel. Cela signifie que les managers s’y réfèrent pour essayer de rendre conforme leur système de management à ces principes. Bien sûr, il n’y arrivent jamais totalement, et il n’existe pas sur terre un manager parfait. Mais l’existence de ces principes permet de comprendre en quoi il faut s’améliorer.

Et nous arrivons ainsi à une caractéristique forte de cette norme, qui nous ramènera à la royauté. Cette caractéristique, c’est un principe simple, qui n’est que du bon sens. Il dit la chose suivante : détectez au jour le jour vos dysfonctionnements et analysez-les de manière à en comprendre la cause et ainsi déterminer des actions pour qu’ils ne se reproduisent plus. Cela s’appelle une démarche d’amélioration permanente.

On dit souvent qu’un Etat devrait être géré comme ce que doit faire un bon père de famille. En songeant à la norme ISO 9001, le simple bon sens nous dit qu’un Etat 1) devrait disposer d’un référentiel définissant les principes d’une coexistence harmonieuse entre les membres de la nation ; 2) devrait adopter une démarche d’amélioration permanente.

Nous, chrétiens, savons qu’il n’existe qu’un référentiel qui puisse répondre à cet objectif : la Bible, c’est-à-dire la parole de Dieu. Aucun homme n’a jamais réussi à en définir un autre. Ceux qui s’y sont essayé, Robespierre, Marx, Lénine, Mao ou d’autres, n’ont abouti qu’à des torrents de sang. Où est le référentiel qui, selon les athées, permettra de trancher entre les avis différents des hommes ? Il n'en existe pas d'autres que le rapport de forces, tout le monde sait cela. Seule la Bible apporte une réponse universelle à cette question. Rappelons à ce propos que, parmi les trois religions monothéistes, seul le christianisme ne fait pas de discrimination entre les hommes.

Quant à la démarche d’amélioration permanente, on devine qu’il s’agit d’une recherche de progrès, non le progrès matériel dont on nous rabâche les oreilles, mais le progrès spirituel, c’est-à-dire l’élévation des vertus des habitants du pays considéré. C’est ce que Louis de Bonald résume par la formule : « L'Etat fera peu pour les plaisirs des hommes, assez pour leurs besoins, tout pour leurs vertus ».

2. La prétendue opposition entre le dogme et la raison

Les athées sont persuadés d’être dans le vrai, du moment que, pour les uns, on fait appel à sa raison, pour les autres, on fait confiance à l’Homme, ce qui revient au même : « Je suis athée mais j’ai des valeurs et je crois oui je crois mais en l’Homme (en celui qui se comporte comme tel) ». En plus, il y a l’angoisse de se sentir exclus, si d’aventure les chrétiens revenaient au pouvoir.

1) Les valeurs : tel homme croit avoir identifié les bonnes valeurs, et tel autre en définit d’autres. Comment choisir ? Tant qu’on en reste au niveau des hommes, ces contradictions finissent par se régler par le rapport de forces. Cela ne prouve pas que le plus fort ait raison. Il faut faire appel à un « arbitre » au-dessus des hommes : Dieu.

2) Le raisonnement : je propose un exemple simple – bien que faisant appel à des notions scientifiques – pour comprendre les limites de la raison…

Certains athées semblent avoir des idées très précises sur le Big-bang, mais ils sont incapables d'expliquer comment ont été conçues les lois de la physique. Un chercheur japonais, il y a quelques années, a mis dans son ordinateur les constantes de la physique. Puis il a mis au point un simulateur du Big-bang. Vous savez peut-être que chaque constante a une cinquantaine de chiffres significatifs. Quand il a changé un seul chiffre, le Big-bang ne marchait plus. Quel est l'esprit assez puissant, si ce n'est Dieu, pour être capable de concevoir le Big-bang ? Les scientifiques (athées) observent le fonctionnement des lois physiques. Mais d’où proviennent ces lois ? Seul un être qui existait avant que l’univers soit créé peut les avoir inventées : Dieu.

Concluons sur cette remarque d’un athée, qui pense que « Raison et Dogme sont par définition antinomiques ». C'est faux. Le dogme affirme que Dieu existe. La raison - voir des auteurs comme Tresmontant ou les frères Bogdanov par exemple - en démontre l'existence. Où est la contradiction entre dogme et raison ?

3. Les attaques contre l’Eglise

1) Un athée écrit : « Aucune religion n'est capable d'apporter l'amour et la paix car toutes ont les mains tachées de sang, toutes ont l'amour de la mort, du sang et de la torture, il suffit de regarder leur histoire. Quelle religion égorge? l'islam! et au nom de quelle religion Jeanne d'Arc a-t-elle été brûlée vive? ». Il y a aussi ceux qui font référence à l'inquisition. En fait, celle-ci a fait beaucoup moins de victimes (environ 15000) que le communisme (100 millions) et, de plus, l'Eglise a reconnu cette erreur, alors que les communistes ne l'ont toujours pas fait.

2) Un athée écrit : « la Bible est pleine de contradictions ». Cela peut paraître vrai pour ceux qui ne savent pas la lire. Les Pères de l'Eglise, qui ont passé leur vie à l'étudier, ont apporté les preuves d'une très grande cohérence.

3) Un athée écrit : « Le christianisme n'a pas su évoluer avec un monde nouveau où la science après avoir été protectrice et source d'optimiste, a également alimenté une technologie moderne menaçante et source d'angoisses d'où pour une minorité un retour à la croyance toute puissante protectrice du religieux, la tête dans le sable comme l'autruche, pour ignorer la connaissance scientifique. » Ma réponse : comme cela a été dit plus haut, pour que la science existe, il faut les lois de la physique. Et pour que ces lois existent, il faut un être supérieur – Dieu – pour les avoir inventées.

4) Un athée : « L'ancien testament est une école de mensonges, de meurtres, de bêtise et de méchanceté. Et le nouveau testament, une fable astro-religieuse ». Quelle prétention ! Au mieux, il a lu la Bible en entier une seule fois – mais on peut en douter - et il prétend avoir un meilleur jugement que les Pères de l'Eglise qui ont étudié les Ecritures Saintes pendant une vie entière ! Cet athée parle de ce qu’il ne connaît pas.

5) Un athée écrit : « Nul besoin de vous torturer le cerveau pour tenter d'expliquer l'inexplicable. Mes enfants n'ont jamais été croyants. Ils SONT athées depuis leur naissance, contrairement à moi qui le suis devenu. Ils sont équilibrés, heureux, gentils, honnêtes, ont fondé leur famille avec enfants. Mon fils a 36 ans et ma fille 34. Oubliez leur " vide spirituel ", inventé pour justifier les croyances auprès de ceux qui aiment le jus de cerveau. Nous ne sommes un danger pour personne. Pour l'instant... ». Je pense que ce qu’on peut répondre à cette personne est : « Très bien, vous vivez heureux dans votre cocon, mais vous êtes contraints, vous et votre famille, de rester sur le bord de la route, en tant que spectateurs impuissants, devant les drames et les injustices de l’existence. Parce que, si vous voulez les combattre, il vous faudra disposer des moyens conceptuels pour le faire. Deux exemples : a) pour combattre la mondialisation, il faut connaître la doctrine sociale de l’Eglise, seule alternative radicale à celle-ci ; b) pour combattre l’islamisme rampant, il faut une autre référence spirituelle, le christianisme ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog du GRIPP
  • : Le GRIPP est un mouvement royaliste. Cela signifie que son objectif est de favoriser la restauration de la royauté. Le GRIPP s'implique dans une démarche d'unification de tous les royalistes, sous réserve du respect de quatre conditions : 1) mener un combat contre le mondialisme ; 2) afficher notre vocation chrétienne ; 3) participer aux luttes que mène le peuple avec les organisations qu'il se donne ; 4) considérer que le changement de pouvoir ne pourra se faire par les élections.
  • Contact

Recherche

Liens