Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 19:00

La révolution française a permis l’accession au pouvoir des dynasties bourgeoises qui sont celles qui dirigent la France aujourd’hui, sous couvert d’étiquettes de droite ou de gauche[1]. Comment en est-on arrivé là ?

Un groupe social émerge lors de la révolution : le monde des gens de loi et de justice. La vénalité des charges, du temps de Louis XV et Louis XVI, avait contribué à les constituer en corps spécifique.

Sur les 580 délégués du Tiers État, il n’y avait aucun représentant des agriculteurs ni des artisans. Ce groupe social s’est arrangé pour parler « au nom du peuple ».

Dans les assemblées nouvelles qu’il a impulsées, il s’est réservé les deux tiers des sièges. Puis il a gouverné en annulant, par une série de coups d’Etat, les élections qui lui étaient hostiles.

Ensuite ses membres se sont mis à « faire des affaires ». Pour cela, ils se sont acoquinés avec divers banquiers, dont des banquiers suisses. Puis ce groupe social instaure la Banque de France dont les banquiers sont actionnaires, avec des fonds propres prélevés sur les fonds de l’Etat.

La situation économique étant instable, le groupe se met en recherche d’une personne pouvant les représenter : il trouve Bonaparte et l’installe au pouvoir en fomentant un coup d’Etat. Celui-ci, une fois en place, doit lutter contre ceux qui l’ont promu pour assurer son autonomie, ce qu’il n’obtient que partiellement.

Bonaparte, devenu Napoléon, tenta de mener une politique de réconciliation nationale, mais, par peur d’un accord entre Bonaparte et les Bourbons, le groupe social pousse celui-ci à consolider son pouvoir jusqu’à établir un empire héréditaire. Pour le couper des Bourbons, il manœuvre pour provoquer l’assassinat du duc d’Enghien.

La guerre fut la solution de facilité pour camoufler les difficultés intérieures.

En échange de la « promotion » de Bonaparte, celui-ci est obligé « d’arroser » ses « bienfaiteurs ». D’où de nombreuses concessions de biens publics (canaux, mines,…) attribués de manière définitive à cette nouvelle bourgeoisie. Une politique de subventions et de protectionnisme est imposée à Napoléon, qui donne l’habitude à cette bourgeoisie de travailler sous la protection de l’Etat. Un protectionnisme que Napoléon jugeait nécessaire pour contrer l’Angleterre.

Voilà, en résumé, comment un groupe social s’est accaparé les rennes de l’Etat et comment il a mis en place les mécanismes lui permettant de s’enrichir sur le dos des Français. Et cela dure encore…

Il faut remonter maintenant plus loin dans l’histoire.

Plusieurs vagues de contestation du pouvoir royal apparaissent au fil du temps. Il y a tout d’abord l’apparition du protestantisme, qui se construit en mettant en exergue certaines dérives de l’Eglise catholique. Puis apparaît le mouvement janséniste, mouvement de réforme morale lequel, derrière des discussions de dogme, visait surtout à censurer et à combattre les légèretés de mœurs de l’aristocratie, et aussi la prééminence sociale de celle-ci. Le monde des gens de loi et de justice, irrité des dédains de la noblesse de cour, saisit l’occasion pour en devenir l’animateur.

Condamnés par l’Eglise, les jansénistes étaient tout naturellement devenus les alliés des protestants, eux aussi persécutés. Leur effort conjoint avait, dans une grande mesure, soutenu, inspiré même, l’anticléricalisme voltairien, puis les encyclopédistes du « Siècle des Lumières ». Sans oublier le fait que ce groupe social était infiltré par la franc-maçonnerie, condamnée comme hérésie par l’Eglise.

En arrière plan du conflit politique, c’est donc bien un affrontement entre le christianisme et des forces qui veulent le détruire.

Voyons maintenant la situation internationale.

Derrière Obama, il y a des groupes de pression qui lui imposent sa politique. Les trois les plus influents sont, par ordre décroissant :

  1. Un groupe pro-israélien, dont le sigle est AIPAC ;
  2. La finance internationale ;
  3. Le lobby militaro-industriel qui, la plupart du temps, trouve avantage à s’aligner sur les deux autres.

Il est facile d’en conclure que la politique américaine est dictée par Israël, donc par les sionistes.

Mais ces sionistes, qui sont-ils et que veulent-ils ?

Revenons 2000 ans en arrière. Les pharisiens viennent de perdre la guerre : c’est le Christ qui a gagné et le christianisme s’étend comme une traînée de poudre dans tout le bassin méditerranéen. Alors ils se disent : « allons-nous baisser les bras et abandonner le combat ? ». La réponse est évidente : ils décident de s’organiser pour détruire le christianisme. Il faut pour cela entretenir le rituel juif et asseoir la cohésion du peuple juif avec un outil plus puissant que la Torah : le Talmud. C’est ce qui explique que le peuple juif est le seul exemple dans l’histoire d’un peuple qui, ayant vécu la dispersion, n’a pas été assimilé mais a continué à exister en tant que peuple.

Que veut le camp des pharisiens (leurs descendants) ? Ils veulent mettre en place un gouvernement mondial dont ils seront les dirigeants. Et, à cette fin, leur politique est d’établir un chaos dans le monde. Donc tous les discours sur la paix sont du cinéma. Ils veulent le désordre pour que tout le monde s’entretue.

Finalement, tout cela est logique : le Diable continue à agir pour gagner la guerre qu’il mène contre Dieu.

Mais nous savons qu’au final, c’est le Christ qui vaincra.

[1] Emmanuel Beau de Loménie : « Les responsabilités des dynasties bourgeoises (Trident 2001)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog du GRIPP
  • : Le GRIPP est un mouvement royaliste. Cela signifie que son objectif est de favoriser la restauration de la royauté. Le GRIPP s'implique dans une démarche d'unification de tous les royalistes, sous réserve du respect de quatre conditions : 1) mener un combat contre le mondialisme ; 2) afficher notre vocation chrétienne ; 3) participer aux luttes que mène le peuple avec les organisations qu'il se donne ; 4) considérer que le changement de pouvoir ne pourra se faire par les élections.
  • Contact

Recherche

Liens